http://lowbackpaincommunication.com/

 


 

Instructions : Ecoutez l’extrait suivant, puis déterminez si l’affirmation ci-après est “utile” ou “délétère” :

 

 

#1. Question 8 - Posture : "Vous pouvez vous détendre et changer la position dans laquelle vous êtes au cours de la journée, il n’y a pas de posture spécifique qui vous protège de la douleur de dos"

Terminer

Résultats

Il existe peu de preuves sur l’existence d’une posture spécifique qui soit causale, protectrice ou préventive de douleurs lombaires. Si certaines postures peuvent être douloureuses à tenir, c'est souvent le reflet du niveau de sensibilité de la colonne, associé à différents facteurs psycho-sociaux. Les postures douloureuses peuvent aussi être liées à des comportements de protection devenus automatiques. Dans cette situation, la relaxation et le fait de varier les postures peuvent amener un soulagement. Raconter aux personnes que des postures spécifiques crée des douleurs peut amener à une défense musculaire protectrice, à une réduction de la variabilité des postures, et peut provoquer des douleurs. Au contraire, rechercher le lien entre l’expérience douloureuse d’une personne et les différentes postures corporelles peut créer une prise de conscience dans la relation entre posture et douleur. La divergence entre les croyances sur les postures (ex : « Je dois m’asseoir en étant droit et tenir mes abdos ») et la douleur associée aux comportements posturaux (ex : « Je ressens un soulagement quand je bouge et que je me détends ») sont fréquentes. L’utilisation de techniques comme l'entretien motivationnel et l’expérimentation des comportements sont des aides pour rechercher et déconstruire ces croyances sans augmenter la menace perçue par la personne souffrante. References: O’Sullivan PB, Caneiro JP, O’Keeffe M, Smith A, Dankaerts W, Fersum K, O’Sullivan K (2018) Cognitive functional therapy: An integrated behavioural approach for the targeted management of disabling low back pain. Phys Ther, 98(5): 408-423. doi: 10.1093/ptj/pzy022   Dankaerts W, O’Sullivan P, Burnett A, Straker L (2006) Differences in sitting postures are associated with nonspecific chronic low back pain disorders when patients are subclassified. Spine, 31(6):698-704. doi: 10.1097/01.brs.0000202532.76925.d2  
Il existe peu de preuves sur l’existence d’une posture spécifique qui soit causale, protectrice ou préventive de douleurs lombaires. Si certaines postures peuvent être douloureuses à tenir, c'est souvent le reflet du niveau de sensibilité de la colonne, associé à différents facteurs psycho-sociaux. Les postures douloureuses peuvent aussi être liées à des comportements de protection devenus automatiques. Dans cette situation, la relaxation et le fait de varier les postures peuvent amener un soulagement. Raconter aux personnes que des postures spécifiques crée des douleurs peut amener à une défense musculaire protectrice, à une réduction de la variabilité des postures, et peut provoquer des douleurs. Au contraire, rechercher le lien entre l’expérience douloureuse d’une personne et les différentes postures corporelles peut créer une prise de conscience dans la relation entre posture et douleur. La divergence entre les croyances sur les postures (ex : « Je dois m’asseoir en étant droit et tenir mes abdos ») et la douleur associée aux comportements posturaux (ex : « Je ressens un soulagement quand je bouge et que je me détends ») sont fréquentes. L’utilisation de techniques comme l'entretien motivationnel et l’expérimentation des comportements sont des aides pour rechercher et déconstruire ces croyances sans augmenter la menace perçue par la personne souffrante. References: O’Sullivan PB, Caneiro JP, O’Keeffe M, Smith A, Dankaerts W, Fersum K, O’Sullivan K (2018) Cognitive functional therapy: An integrated behavioural approach for the targeted management of disabling low back pain. Phys Ther, 98(5): 408-423. doi: 10.1093/ptj/pzy022   Dankaerts W, O’Sullivan P, Burnett A, Straker L (2006) Differences in sitting postures are associated with nonspecific chronic low back pain disorders when patients are subclassified. Spine, 31(6):698-704. doi: 10.1097/01.brs.0000202532.76925.d2  

Cliquez sur ce texte pour lire le discours alternatif

 

Le premier extrait contenait un conseil utile. Le suivant va vous montrer quels conseils peuvent être délétères dans cette situation :

 

 

Nota Bene : Ce questionnaire a été developpé par Peter O’Sullivan, Leo Neg et Peter Edwards pour l’université de Curtin. Pour des raisons pédagogiques, les discours tenus sont assez caricaturaux, le thérapeute se plaçant globalement en position haute vis-à-vis du patient. Il nous apparaît évident que si le fond des discours est cohérent, la forme ne représente pas la pratique clinique idéale vers laquelle nous souhaitons tendre.
Peter O’Sullivan et son équipe ont d’ailleurs développé une formation en “Thérapie Cognitive Fonctionnelle” (CFT) qui, en plus de revoir les points théoriques fondamentaux présentés dans ces vidéos, illustre aussi une façon plus centrée sur le patient d’apporter ces informations.

Vous êtes arrivé à la fin du quiz, félicitations.

Print Friendly, PDF & Email