Tout ce qui va toucher au contexte neuro-immuno-endocrinien. On trouve l’importance de la fatigue, du sommeil, du stress et de l’axe hypothalamo-hypophysaire.

Yohan sur Wikipédia français [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)]

Souvent nous oublions de demander “Comment avez-vous dormi dans les deux dernières semaines ?”. À ce lien, vous trouverez quelques astuces pour améliorer le sommeil selon Jason Silvernail, qu’il a emprunté à la National Sleep Foundation :

1. Dormez dans une pièce sombre, silencieuse et fraîche.
2. Posez vos appareils électroniques 1 heure avant d’aller au lit.
3. Utilisez votre chambre simplement pour coucher.
4. Faîtes la sieste de manière avisée.
5. Sortez du lit si vous n’arrivez pas à dormir, la règle des 15 minutes.
6. Maintenez une routine du coucher régulière.
7. N’allez pas au lit en ayant faim, allez aux toilettes avant.
8. Finissez vos exercices 3 heures avant le coucher. (Ne plus appliquer selon cette revue systématique)
9. Pas d’alcool ou de nicotine 3 à 6 heures avant d’aller au lit
10. Pas de caféine au moins 6 heures avant le coucher.

Les facteurs psychologiques sont également importants et ces questions intéressantes permettent de les investiguer :

  • Qu’est-ce qui vous fait peur dans cette douleur ?
  • Qu’est-ce qu’il se passe dans votre corps ?
  • Comment vous faites pour surmonter cette situation ?

Enfin, le dernier facteur qui est évoqué est le floutage cortical, c’est à dire la perturbation du schéma corporel, comme mis en évidence par Moseley dans ce papier, ou Tsay dans celui-ci.

Print Friendly, PDF & Email